Bonjour les ptits loups !

On continue de farfouiller dans mes tiroirs… Là, tout au fond… On peut trouver un roman pour les 9-12 ans !

J’ai nommé : PsychoAgents – La disparition !

C’est un petit roman que j’ai écrit il y a 3 ans et que j’aime beaucoup. Malheureusement, aucune maison d’édition n’a voulu donner sa chance à ce texte pour l’instant. Donc il attend sagement : soit un éventuel retravail, soit un éditeur aventureux 😉 !

Je vous laisse avec un extrait et un sublime logo (hum) fait par mes soins !


Prologue

21 septembre 2013 – Toulouse, France

Alice serra son sac contre elle. Son cours de danse avait fini plus tard que prévu, le soir commençait à tomber. Elle frissonna, sans comprendre pourquoi. L’air était pourtant doux à Toulouse, en ce moment. Accrochant ses doigts à la lanière qui lui barrait l’épaule, elle accéléra la cadence.

Une sensation d’urgence la parcourait. L’impression dérangeante d’être observée l’oppressait. Alice jeta un coup d’œil derrière…

Rien.

Lorsqu’un bruit de pas sembla la suivre, son souffle se raccourcit légèrement. Se traitant de paranoïaque, elle allongea encore la foulée. Le bruit de pas se rapprocha.

Toujours rien.

Alice se secoua : en troisième au Collège, elle était une Améliorée aux pouvoirs redoutables et une future PsychoAgente. La peur coulait sur elle comme l’eau sur les plumes d’un canard. Facile à dire.

Tap tap tap.

Elle tremblait. Ses dents claquaient. Alice inspira un grand coup et se jeta dans une ruelle à droite.  Par précaution, elle prépara une boule de feu au-dessus de sa paume. Elle tremblotait toujours, mais la chaleur de son pouvoir la réconforta.

— Ça sert à rien, poulette.

Elle sursauta, laissa échapper un cri aigu et se retourna. Un homme massif en combinaison noire lui barrait le chemin. Alice lui jeta le globe et fila vers la rue principale.

Sa course fut stoppée par un autre malabar. Elle s’affala au sol. Aussi rapidement qu’elle le put, elle balança de nouvelles sphères brûlantes vers ses adversaires.

En vain.

Les combinaisons qu’ils portaient ne prenaient pas feu ! Ils savaient. L’un d’eux s’approcha d’elle et lui attrapa le bras avant qu’elle ne puisse réagir. Acculée, elle se débattit.

— Lâchez-moi ! Qu’est-ce que vous me voulez ?

— Bienvenue dans le Réseau, ricana celui qui la tenait.

L’horreur la parcourut… le Réseau ? Elle était perdue ! Une piqûre brûla dans son cou. Sa vue se brouilla. Elle tenta de nouveau d’activer son pouvoir et lança une boule incandescente vers la tête de son agresseur. Son jet ne fut pas assez puissant, le malfrat l’évita sans encombre.

Les muscles d’Alice devinrent de la guimauve. Elle s’affaissa à terre.

— C’est bon. On l’emmène à l’entrepôt.

— Ouais, le boss nous attend. Bouge-toi.

Le premier homme fila tandis que le deuxième tira la jeune fille vers le haut. Elle n’arrivait pas à se relever, son corps ne répondait plus. Les pensées d’Alice s’évanouirent. Les bruits s’estompèrent.

Plus rien.

 A très vite ❤❤❤